Bio

 

Simon Gauthier est arrivé au conte comme on tombe amoureux, avec fougue et passion. Depuis plus de douze années, il captive tous les publics par son imaginaire débridé, son énergie incandescente et sa sensibilité de poète.

Natif de Sept-Îles, diplômé de l’UQAM en animation et recherche culturelle, Simon Gauthier est conteur professionnel depuis 1998. C’est après avoir vu le conteur Michel Faubert en spectacle, en 1997, que Simon a eu la piqûre pour ce métier. On peut dire que cette soirée de contes a été un point tournant dans sa vie professionnelle ; en effet, le lendemain de cette veillée mémorable, Simon s’est littéralement plongé dans la littérature de contes et a ainsi dévoré toute la section « conte » de la bibliothèque de l’UQAM, que ce soit les contes traditionnels du Québec ou ceux d’autres traditions. Cette nouvelle passion poussa Simon à se lancer impétueusement dans une aventure qui sera sa première tournée de conteur et qui le fera voyager sur toute la rive nord et la Côte Nord du Saint-Laurent, de Québec à Natashquan. Année marquante pour Simon Gauthier tout autant que pour les habitants de Natashquan, puisque c’était l’année même de l’ouverture du dernier tronçon de la route 138, de Havre-Saint-Pierre à Natashquan !!! En cet été 1997, Simon donnera donc quarante-deux spectacles, dont six à Tadoussac, au Café du Fjord, endroit mythique où s’étaient déjà produits Richard Séguin, Richard Desjardins, Claude Dubois et autres Fred Fortin de la chanson québécoise.

Dès l’été suivant, en1998, Simon entreprendra une série de quelques dizaines de représentations de spectacles de contes qui auront lieu à la salle du CIMM (Centre d’interprétation des mammifères marins) à Tadoussac. Jusqu’à l’été 2003, Simon passera ainsi ses étés à Tadoussac et fera quelques dizaines de prestations, de fin juin à début septembre, soit durant la haute saison touristique.

En 2000, Simon a fondé un festival de contes à Tadoussac, Conteurs en rafale, festival dont il assura l’organisation et la direction artistique jusqu’en 2004.

Depuis 2004, bon an mal an, Simon effectue de trois à cinq tournées en France, d’une durée moyenne de deux à trois semaines chacune, présentant ses spectacles aussi bien dans des festivals qu’en salles ou en milieu scolaire. Il a aussi conté en Belgique, en Suisse, aux Pays-Bas, au Burkina Faso, en Tunisie et au Maroc. Bien sûr, il se produit régulièrement au Québec et a aussi conté en Ontario et en Nouvelle-Écosse.

Simon Gauthier est un conteur établi et reconnu, tant par ses pairs que par le public, autant au Québec qu’en France. Un conteur phare nommé Auteur Nord-Côtier de l’année (Salon du livre de la Côte-Nord 2002) et récipiendaire du titre d’ambassadeur de la Côte-Nord (Les Grands Prix du tourisme québécois 2001).

Ce qu’on en dit…

 

« Il arrache tout sur son passage, tel un ouragan à la Nouvelle-Orléans. »

– Jean-Marc Massie, conteur, Les productions du diable vert

 

« Atmosphères intrigantes et énigmatiques, contes qui débordent de vie et de malice. »

– Pierre Vian, Le Bien Public, les dépêches, Bourgogne, France

 

« Il transporte son auditoire dans des lieux et des situations qui se révèlent tel un film d’auteur. »

– Luc Proulx, Voix des Mille-Iles

 

« Un récit d’une troublante poésie. »

– Jade Bérubé, La Presse

 

« Dans la bouche de Simon Gauthier, le conte n’en est plus un, c’est un film que l’on savoure séquence après séquence, plan après plan. »

– P.A., Le Journal de Saône et Loire, France

 

« Simon est notre bédéiste de la parole. »

– Michel Faubert, conteur, chanteur.

 

« C’est avant tout un conteur génial sachant conter bien sûr, mais aussi se déplacer, chanter, danser. Le temps suspend son vol pendant près d’une heure quarante.

Le texte, tout en allégories, poésie, jeux de mots et situations surréalistes est brillant et drôle. On se laisse porter sur la vague de ces aventures un brin loufoques, qui établissent pourtant un constat pertinent de notre société humaine, faite de pouvoir et de luttes d’influence. Dans la bouche de Simon Gauthier, les mots jaillissent comme source vive, et l’intarissable conteur inonde de son talent un public amarré à son phrasé. »

– Franck Bortelle, Les trois coups (Le journal du spectacle vivant en France)